Select Page

#29 Préparer l’orga produit pour l’hypercroissance – Isabelle Bénard – Mirakl

Product Squad est de retour après 8 mois avec une invitée de marque en la personne d’Isabelle Bénard, Chief Product Officer chez Mirakl.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Mirakl c’est le leader des solutions de Markerplace, un des plus gros succès et une des plus grosses valorisations de la French Tech.

Dans cet épisode, Isabelle nous parle de …

  • Poser les fondations qui permettent le « scale » en gardant l’agilité
  • Donner le mandat aux équipes pour prendre la responsabilité de leurs produits
  • Cette démarche Mirakl en 4 axes
  • Ses ingrédients pour mener à bien la transformation
  • Ses conseils pour se lancer dans le produit

Les ressources proposées par Isabelle

  • Agile Product Mgmt with Scrum, Roman Pichler
  • The Lean Startup, Eric Ries
  • Inspired: how to create products customers love, Marty Cagan (SVPG)
  • The Phoenix Project, Gene Kim
  • Sprint: solve big problems and test new ideas in just 5 days, Jake Knapp
  • Scrum: the art of doing twice the work in half the time, Jeff Sutherland
  • Building microservices, Sam Newman
  • Start With Why, Simon Sinek
  • Leaders Eat Last, Simon Sinek
  • The First 90 Days, Michael D. Watkins
  • The Coaching Habit: Say less, Ask more & change the way you lead forever, Michael Bungay Stanier
  • Mind the Product’s weekly newsletter
  • Ken Norton’s blog, Ken Norton
  • Sachin Rekhi’s product blog, Sachin Rekhi
  • SVPG Blog, Marty Cagan (SVPG)
  • Benedict Evans’ Blog
Transcript
Speaker:

Hello à tous et bienvenue sur

Speaker:

Product Squad, le podcast et la communauté des product managers.

Speaker:

Je suis Axel Sooriah et ensemble, nous

Speaker:

découvrons, une semaine sur deux avec mes invités, l'univers produit.

Speaker:

On découvre à travers leurs parcours et témoignages, les clés pour mieux

Speaker:

comprendre le métier de PM, ce qui fait un bon PM et la réussite d'un produit.

Speaker:

Aujourd'hui, j'accueille Isabelle Bénard CPO chez Mirakl.

Speaker:

Isabelle tout d'abord merci de prendre le temps de nous partager son parcours et son

Speaker:

expérience de product manager sur Product Squad.

Speaker:

Comment ça va? Ça va très bien.

Speaker:

Merci Axel. Merci de me recevoir et

Speaker:

surtout, merci d'avoir créé ce podcast qui permet, je pense, de donner la parole

Speaker:

à vraiment une diversité d'intervenants assez incroyables.

Speaker:

Je les ai tous trouvés très intéressants et inspirants.

Speaker:

Quand je pense à Alix Boulnois, par

Speaker:

exemple, de chez Accor, où les gens de la French CPO,

Speaker:

la French Tech, comme Audrey de chez Scaleway ou Clark de chez Kpler.

Speaker:

Donc merci de nous donner cette opportunité de partager notre expérience

Speaker:

et bien sûr, notre envie de travailler dans le product management.

Speaker:

Ecoute, c'est avec grand plaisir.

Speaker:

C'est pour ça qu'on est là.

Speaker:

Je te connaissais pas très bien avant, dans le sens où je t'avais pas identifié

Speaker:

sur le paysage CPO/Product de la French Tech.

Speaker:

Il me semble que tu es arrivé il n'y a pas hyper longtemps.

Speaker:

Oui, tu as tout à fait raison.

Speaker:

En fait, j'ai passé beaucoup de temps à

Speaker:

l'étranger avant de revenir en France en milieu d'année dernière

Speaker:

et effectivement, je suis rentré il y a quelques mois pour rejoindre Mirakl.

Speaker:

Super!

Speaker:

On va parler de l'aventure Mirakl dans pas longtemps. Est ce que tu nous dit un petit

Speaker:

peu d'où tu viens et quelles sont tes passions?

Speaker:

Moi, j'ai grandi dans le sud de la France, dans la région marseillaise.

Speaker:

Quand j'ai quitté la région de Marseille

Speaker:

pour mes parents, mes études, j'ai appris que voyager, c'était génial.

Speaker:

Donc vraiment, le voyage, c'est quelque chose qui me passionne.

Speaker:

J'ai eu l'opportunité de visiter plus de 40 pays et du coup, j'ai découvert la

Speaker:

culture, la cuisine et aussi parfois des activités intéressantes.

Speaker:

Et j'ai découvert notamment le thaï ou la boxe thaï.

Speaker:

Voilà à peu près pour mes passions du moment.

Speaker:

D'accord, il ne faut pas te chercher quoi ? Avec la boxe Thaï.

Speaker:

Non, c'est surtout pour décompresser et se redonner de l'énergie.

Speaker:

Je trouve que c'est intéressant pour ça

Speaker:

d'avoir toujours une activité un peu comme celle qui est complètement différente de

Speaker:

ce qu'on fait, juste pour avoir le temps de souffler.

Speaker:

Question de question, d'équilibre aussi, de balance presque.

Speaker:

Aussi d'avoir non seulement une passion ou

Speaker:

une pratique, un hobby que tu fais, qui est tout autre que ce que tu peux

Speaker:

faire, comme comme métier, comme des jobs, l'importance d'avoir un équilibre.

Speaker:

En fait, tu as tout à fait raison, surtout quand on est dans des entreprises qui sont

Speaker:

hyper croissance et on a l'impression d'être toujours pris par le travail.

Speaker:

C'est important de penser à soi,

Speaker:

d'avoir des activités et de se dire à un moment donné, à 19 heures, j'ai mon cours,

Speaker:

à 18 heures, j'ai mon cours, je ferme et j'y vais.

Speaker:

Et donc, c'est vraiment ça qui est qui et

Speaker:

qui est intéressant avec la boxe thaï, avec d'autres activités bien sur.

Speaker:

Et tu tu à parlé de cuisine?

Speaker:

Alors là, on va bien s'entendre.

Speaker:

Moi, c'est un peu ma passion.

Speaker:

Qu'est ce que tu racontes sur la cuisine?

Speaker:

C'est quoi ton plat préféré?

Speaker:

C'est quoi ton type de cuisine préféré?

Speaker:

Ça va faire un peu cliché, mais je suis d'origine Vietnamienne, donc mes

Speaker:

parents avaient un restaurant et donc j'ai grandi dans un restaurant.

Speaker:

J'ai beaucoup pratiqué la cuisine vietnamienne, mais aujourd'hui, je suis

Speaker:

complètement diversifié à tout type de cuisine.

Speaker:

Ce qui est important, c'est surtout

Speaker:

le moment de préparation qui est presque un moment de méditation pour moi.

Speaker:

Et ensuite, le fait de thérapeutique. On est d'accord.

Speaker:

Exactement. Et puis ensuite, c'est

Speaker:

bien d'avoir de pouvoir partager ça avec d'autres et de voir.

Speaker:

Immédiatement, dans les yeux des gens, c'est ce qu'on a fait, c'est bon ou pas.

Speaker:

Tu peux mettre tout le monde autour d'une table et partager ce moment et pour moi,

Speaker:

ça, c'est un truc de sacré et de magique là dedans.

Speaker:

Et après, dans la préparation, je rigole parce que ça me fait penser à ma

Speaker:

conception très peu agile et collaborative de ma vision de la cuisine.

Speaker:

Parce que quand on est dans la cuisine avec mes potes ou même avec ma femme, je

Speaker:

suis là et j'ai une vision très claire de ce que j'attends en sortie.

Speaker:

Et si ça ne va pas, est ce que je fais ce que j'ai en tête? Ça ne fait pas du tout.

Speaker:

Oui, effectivement, ce n'est pas très collaboratif.

Speaker:

Mais c'est vrai que quand on est passionné de cuisine, on a

Speaker:

une certaine vue de comment on veut faire les choses.

Speaker:

Mais on apprend aussi à apprendre aux

Speaker:

autres et à laisser aller une bonne activité de partage.

Speaker:

Mais c'est vrai que pendant très longtemps, ça a été très difficile

Speaker:

d'autoriser quelqu'un d'autre dans la cuisine.

Speaker:

Ouais je vois complètement.

Speaker:

Qu'est ce que tu as vu comme trajectoire, du coup, depuis

Speaker:

la belle ville de Marseille jusqu'à maintenant: CPO chez Mirakl?

Speaker:

Je pense que si on regarde mon parcours depuis le début, être

Speaker:

aujourd'hui CPO pour Mirakl, je pense pas que c'était une évidence.

Speaker:

Mes parents sont arrivés en France avec

Speaker:

peu de choses un bébé de six mois dans un bras qui était moi.

Speaker:

Ils parlaient pas vraiment français et connaissaient pas grand monde en France.

Speaker:

Ils ont vraiment du tout construire de zéro.

Speaker:

Donc, mon arrivée dans le monde du project

Speaker:

management, c'était vraiment quelque part le fruit du hasard,

Speaker:

mais aussi d'opportunités qui ont peut être été saisie au bon moment.

Speaker:

Un peu de curiosité aussi,

Speaker:

mais surtout rencontrer des personnes clés, des mentors

Speaker:

inspirants qui ont été vraiment des fervents supporters

Speaker:

à me pousser à toujours en faire plus, à toujours prendre plus de défis.

Speaker:

Et tout ça est soutenu par beaucoup, beaucoup de travail.

Speaker:

Donc ça, c'est le début.

Speaker:

Et du coup.

Speaker:

Après des études de commerce, j'ai

Speaker:

commencé ma carrière plutôt côté business, sur des achats d'ailleurs,

Speaker:

et notamment, j'ai commencé chez Amazon dans un contexte de forte croissance

Speaker:

d'innovation, à l'époque où Amazon France, c'était 100 personne.

Speaker:

Et ça m'a vraiment permis de découvrir que

Speaker:

déjà, j'aimais beaucoup tout ce qui était projet, un peu plus technique et innovant.

Speaker:

Et surtout, j'ai découvert qu'on n'avait pas besoin d'un diplôme d'ingénieur.

Speaker:

Finalement, pour travailler dans la tech et j'ai pu rencontrer à ce moment là,

Speaker:

notamment le Head of Product qui m'a vraiment soutenue

Speaker:

et qui m'a incité à postuler en interne chez un rôle de PM junior.

Speaker:

Et voilà, petit à petit, j'ai évolué dans

Speaker:

l'entreprise jusqu'à être head of product chez Amazon.

Speaker:

Et après huit ans, j'ai voulu continuer à me former dans mon

Speaker:

métier et voir comment ce qu'on faisait du project management était différemment.

Speaker:

Et là, je suis parti à l'étranger.

Speaker:

J'ai eu l'occasion de commencer mon périple, notamment à Singapour et où j'ai

Speaker:

rejoint un groupe de commerce qui était vraiment en très, très forte croissance,

Speaker:

qui se préparait pour son IPO et qui a vraiment souhaité de l'aide pour venir

Speaker:

monter une équipe produit, une équipe de Data Science.

Speaker:

Et vraiment, c'était hyper formateur d'arriver dans cette aventure là.

Speaker:

Il fallait à la fois créer ces équipes là, mais aussi développer des produits pour

Speaker:

des clients qui étaient vraiment dans les cinq continents du monde.

Speaker:

Et du coup, avec des habitudes de consommation et des références culturelles

Speaker:

qui étaient très, très différentes et forcément très diverses.

Speaker:

Et là, j'ai rencontré des leaders

Speaker:

technologiques incroyables et très bienveillants, et tous prêts à

Speaker:

collaborer et à en apprendre plus sur sur mon métier.

Speaker:

Ça a été vraiment un moment clé pour moi d'apprendre

Speaker:

l'agilité et le vocabulaire et vraiment apprendre à être un PM dans un contexte un

Speaker:

peu plus moderne que ce qu'on aurait pu faire chez Amazon.

Speaker:

Je le vois bien aussi de par mon parcours.

Speaker:

Et puis, de par le parcours de pas mal de

Speaker:

personnes à qui j'ai eu la chance d'échanger, qu'il y a effectivement à

Speaker:

des jalons de ta vie professionnelle et de sa trajectoire professionnelle,

Speaker:

des personnes que tu as croisées et qui vont ou qui vont être des des

Speaker:

accélérateurs, des catalyseurs dans notre capacité à comprendre des choses, à

Speaker:

grandir professionnellement, à aller chercher les compétences que tu

Speaker:

n'as pas l'impression de faire, peut être de gagner trois ans en un an.

Speaker:

Tu vois ce que je veux dire? Tout à fait.

Speaker:

Et c'est là où je mène.

Speaker:

Je me dis que le fruit du hasard et de la chance fait aussi partie de l'aventure.

Speaker:

Parce que la chance d'avoir rencontré ces personnes-là là au bon moment,

Speaker:

qui ont joué un rôle assez clé dans la prise de décision de prendre

Speaker:

des postes dans l'apprentissage et la formation à

Speaker:

l'emploi, je te rejoins tout à fait, a grandi chez Amazon.

Speaker:

Tu arrives dans un groupe, dans une autre

Speaker:

géographie. L'Asie du Sud-Est, c'est encore autre chose.

Speaker:

Là tu vas devoir faire d'autres choix, comment tu as informé ses choix?

Speaker:

Je pense que c'est toujours un mix de plusieurs choses.

Speaker:

Je pense que c'est où est ce que tu en es dans ta vie?

Speaker:

Un moment clé de ta vie?

Speaker:

Est ce que tu es ce que tu recherches?

Speaker:

L'aventure, est ce que tu recherches à te poser?

Speaker:

Finalement, qu'est ce que tu t'as envie dans mon émission?

Speaker:

Ou est ce que tu en es dans la mission que

Speaker:

tu as, pour lequel tu as été recruté dans ton poste?

Speaker:

Et est ce que tu as accompli la mission quand t'es donné?

Speaker:

Est ce que tu auras vite de nouvelles missions?

Speaker:

Et je pense aussi.

Speaker:

Encore une fois, la rencontre avec des personnes clés.

Speaker:

Et pour moi, cette aventure singapourienne, elle était

Speaker:

incroyable parce que j'ai fait l'équivalent de six ou sept fois

Speaker:

le tour du monde pour travailler que l'ensemble du groupe.

Speaker:

Mais en même temps, j'arrivais à un moment donné où j'avais besoin.

Speaker:

On parler d'équilibre vie pro-vie, perso et un peu avant

Speaker:

de me dire que je voulais rester un peu plus longtemps au même endroit.

Speaker:

Quand j'étais à Singapour, j'avais presque des déplacements tous les deux semaines

Speaker:

avec des longs courriers qui pouvaient aller de 8 heures à 25 heures d'avion.

Speaker:

C'était c'était un rythme de vie qui était

Speaker:

hyper excitant, mais en même temps extrêmement fatigant.

Speaker:

Donc, ça a été un élément extrêmement joué.

Speaker:

Et l'autre élément qui m'a poussé finalement à changer de poste, c'était

Speaker:

le fait de rejoindre quelqu'un avec qui j'avais eu l'habitude de travailler et qui

Speaker:

m'a proposé de le rejoindre dans une nouvelle aventure.

Speaker:

Et cette fois ci, on change du côté du côté de l'océan.

Speaker:

Et là, j'arrive à Montréal pour rejoindre une société

Speaker:

et surtout un leader que j'avais rencontré lors de mon expérience chez Amazon.

Speaker:

Et voilà, c'est la rencontre de la bonne personne.

Speaker:

La mission était hyper intéressante et dans ma vie perso, j'avais besoin peut

Speaker:

être d'un peu moins de voyages à ce moment là et un peu plus de stabilité.

Speaker:

Et dans ce que tu dis,

Speaker:

il y a un truc qui me marque aussi, c'est cette capacité à finalement suivre des

Speaker:

leaders, des gens qui peuvent embarquer dans leurs voyages et des gens qui,

Speaker:

potentiellement, vont faire que tu vas grandir.

Speaker:

Ce n'est pas anodin de dire tiens, je vais choisir cette nouvelle

Speaker:

opportunité parce que cette personne, j'ai déjà bossé avec elle avant et qu'on a.

Speaker:

On a, on a, on a créé quelque chose au final?

Speaker:

Tout à fait. Alors, à tort ou à raison, je pense que ce

Speaker:

qui est important quand on choisit un nouveau poste, une

Speaker:

nouvelle mission, une nouvelle entreprise, c'est les gens avec qui on travaille.

Speaker:

Et moi, j'ai besoin d'être inspiré par

Speaker:

ces, par ces personnes là, par mes collègues, par mes supérieurs.

Speaker:

J'ai besoin d'avoir l'impression que je

Speaker:

vais apprendre quelque chose et j'ai l'impression d'être dans, de pouvoir

Speaker:

évoluer dans un environnement qui est le plus à la fois.

Speaker:

Excitant, bien sûr, parce qu'on a toujours envie d'être challenger et de travailler

Speaker:

sur des choses nouvelles, mais aussi un environnement bienveillant.

Speaker:

Or, ce n'est pas toujours évident

Speaker:

d'identifier ça quand on passe un entretien et qu'on ne connaît pas

Speaker:

forcément l'entreprise ou des gens dans l'entreprise.

Speaker:

Dire? Est ce que c'est la bonne?

Speaker:

C'est la bonne boîte ou c'est le bon poste?

Speaker:

Du coup, c'est extrêmement important

Speaker:

de se dire qu'on va passer beaucoup de temps avec avec ses collègues de travail

Speaker:

et ça doit venir dans le processus décisionnel.

Speaker:

Ça ne fait pas tout.

Speaker:

On parle bien sûr de l'intérêt de la mission.

Speaker:

Il faut que ce soit en adéquation avec ses ambitions de carrière, bien sûr.

Speaker:

Mais effectivement, pour moi, j'ai été

Speaker:

beaucoup guidé aussi par les gens avec qui j'avais travaillé.

Speaker:

Est ce que je pensais qu'on allait

Speaker:

pouvoir collaborer de manière efficace et finalement dans un

Speaker:

environnement à peu près sympathique ensemble?

Speaker:

Si je dois dire comme ça .Un jour quelqu'un m'a dit

Speaker:

cette phrase et je pense que c'est un peu changé.

Speaker:

Ma perception du choix du prochain rôle,

Speaker:

c'est qu'il ne faut pas fuir quelque chose.

Speaker:

En fait, il faut qu'on te donne envie de courir vers quelque chose.

Speaker:

Et tu vois, par exemple, quand j'ai passé mes entretiens chez Mirakl,

Speaker:

que j'ai rencontré les fondateurs, mes futurs collaborateurs tout de suite, en

Speaker:

fait, c'était c'était comme une évidence pour moi.

Speaker:

Et du coup, ça m'a vraiment donné envie de

Speaker:

rejoindre cette entreprise parce que à la fois, la mission était hyper intéressante.

Speaker:

Mais aussi, les gens avec qui je

Speaker:

travaillais étaient hyper intéressants et j'avais vraiment beaucoup d'intérêt de

Speaker:

travailler de très près avec avec les fondateurs de Mirakl.

Speaker:

C'est ça courir vers quelque chose plutôt que sur quelque chose.

Speaker:

On l'aura compris, tu as couru vers Mirakl.

Speaker:

On y arrive, est-ce que tu nous parles un peu plus de la société.

Speaker:

Alors que fait Mirakl aujourd'hui et tu en profiteras pour nous parler un peu

Speaker:

de comment tu arrives et tu construis ta place chez Mirakl.

Speaker:

Donc, Mirakl, c'est le leader mondial des solutions de market place.

Speaker:

On accompagne des grands groupes comme Galeries Lafayette, Macy's ou Best Buy,

Speaker:

ou encore Airbus ou Accor pour adopter l'économie de plateformes. L

Speaker:

'économie de plateformes, je pense que tout le monde le connaît bien dans son

Speaker:

quotidien, avec des entreprises comme Airbnb, Uber, on reprend les mêmes

Speaker:

principes et on aide ces entreprises là à adopter ce principe de plateforme pour

Speaker:

pouvoir finalement s'appuyer sur cet effet de réseau

Speaker:

pour pouvoir évoluer, leur faire évoluer leur business.

Speaker:

Et donc, ces entreprises s'appuient sur nos solutions de logiciels, notre

Speaker:

expertise qu'on a développée depuis les dix dernières années dans ce domaine.

Speaker:

Et aussi l'écosystème qu'on a créé pour eux pour vraiment trouver des nouveaux

Speaker:

relais de croissance via les places de marché.

Speaker:

Et donc moi, en tant que chef product officer et aussi membre du Comex.

Speaker:

Mon rôle consiste à accompagner

Speaker:

ce qui est les équipes produits, mais aussi définir une vision et une stratégie

Speaker:

claire de nos produits pour pour aider nos clients à grandir.

Speaker:

Aujourd'hui, on essaie aussi d'anticiper un peu leurs besoins.

Speaker:

Quels sont les besoins d'innovation

Speaker:

qui sont nécessaires pour pouvoir être encore pertinents?

Speaker:

Cinq ans dans dix ans et pour continuer à accompagner ces grands groupes à grandir

Speaker:

avec toutes les innovations qu'on fait, à parler de l'expertise?

Speaker:

Quand je regarde Mirakl de l'extérieur,

Speaker:

je me dis tiens, c'est une boîte qui vend une solution logicielle du oui.

Speaker:

Mais j'ai quand même l'impression qu'il y

Speaker:

a cette dimension expertise est très présente.

Speaker:

Est ce que tu nous en dis un peu plus?

Speaker:

Quand on dit on va utiliser Mirakl, c'est pas juste "t

Speaker:

iens, on va prendre une solution technique et c'est du plug and play".

Speaker:

On est en train de se dire qu'on va lancer

Speaker:

complètement un nouveau business pour une entreprise.

Speaker:

Lancer un nouveau business où ils n'ont

Speaker:

pas forcément l'expertise en interne et ni la gouvernance, ni les équipes, etc.

Speaker:

Donc, le premier rôle des miracles, c'est d'aider finalement

Speaker:

nos clients à comprendre ce que ça va prendre, d'être

Speaker:

successful sur ces nouveaux business models sur lesquels ils se lancent.

Speaker:

Donc, on les accompagne

Speaker:

non seulement sur l'intégration technique, bien sûr, mais surtout sur l'organisation.

Speaker:

Quelles sont les équipes qu'ils doivent mettre en place pour pouvoir réussir?

Speaker:

Presque que comment construire le business?

Speaker:

Oui, quelque part, c'est quand même leur stratégie et c'est à la base.

Speaker:

Ils ont quand même une stratégie business qui était quand même là.

Speaker:

On ne leur a pas

Speaker:

défini leur stratégie business, mais c'est vraiment de les accompagner dans

Speaker:

l'exécution opérationnelle pour qu'ils puissent comprendre qu'est ce

Speaker:

que ça prend pour être successful avec une market place?

Speaker:

Et ça, ça prend effectivement de

Speaker:

l'expertise, mais aussi finalement un écosystème.

Speaker:

Parce que tu as, tu vas avoir besoin de

Speaker:

partenaires, soit des partenaires, ce qu'on va appeler

Speaker:

du fulfilment parce qu'il faut bien s'assurer que tes vendeurs qui sont sur ta

Speaker:

marketplace livrent les produits aux clients finaux.

Speaker:

Donc tu vas avoir besoin de partenaires de paiement.

Speaker:

Donc, il y a tout un écosystème qui autour de ça.

Speaker:

Et nous, on a construit ça au fil des

Speaker:

années, ce qui fait qu'aujourd'hui, c'est hyper facile pour pour, pour ces grands

Speaker:

groupes de lancer une nouvelle marketplace en peu de temps, finalement.

Speaker:

Bon Mirakl, je pense qu'en France, pas mal de boîtes connaissent.

Speaker:

C'est quand même une des plus grosses valorisations de la French Tech.

Speaker:

C'est une entreprise qui a levé juste en dessous d'un milliard de dollars.

Speaker:

Ça implique une croissance, une hyper croissance comme tu parlais tout à

Speaker:

l'heure, une prise de position forte sur le marché.

Speaker:

Une construction aussi de l'organisation

Speaker:

qui va permettre d'aller prendre ses parts de marché.

Speaker:

Et pour faire tout ça, il faut aussi construire et et mettre en

Speaker:

place des équipes est plus ou moins rapidement.

Speaker:

Oui, tout à fait.

Speaker:

Et je pense que tu as bien résumé enfin notre contexte.

Speaker:

On a, on achète ce contexte de scalps,

Speaker:

d'être en hyper croissance et du coup, effectivement, on a des ambitions fortes.

Speaker:

D'un point de vue business, bien sûr, mais aussi de recrutement pour pouvoir soutenir

Speaker:

le business et pour nos équipes tech et produits.

Speaker:

Aujourd'hui, on a l'intention de recruter

Speaker:

plus de 350 personnes dans les deux prochaines années.

Speaker:

Et pour recruter ces 350 personnes, il faut aussi aujourd'hui s'assurer que

Speaker:

on puisse bien préparer les bonnes fondations pour

Speaker:

pouvoir les accueillir et continuer à grandir parce qu'on veut développer toutes

Speaker:

ses équipes aussi bien sur des sujets d'intelligence artificielle.

Speaker:

Comment développer des nouvelles fonctionnalités?

Speaker:

Le vrai challenge à adresser ici, c'est construire les bonnes fondations

Speaker:

pour pouvoir, bien sûr, ce qui est sans perdre en agilité, parce que ça, c'est

Speaker:

important et est toujours capable de d'innover et garder notre culture intacte.

Speaker:

Et chez nous, ce qu'on a apporté comme réponse, c'est la notion un peu.

Speaker:

Excuse moi d'anglicismes em power your team.

Speaker:

Et donc, c'est vraiment comment donner les

Speaker:

moyens et le mandat aux équipes de prendre la responsabilité de leurs produits.

Speaker:

L'objectif est vraiment de.

Speaker:

Redescendre le centre de gravité décisionnel au niveau des équipes.

Speaker:

Je pense que

Speaker:

je sais que tu es assez aligné avec ce point de vue là d'éviter au maximum.

Speaker:

Justement, l'aspect top down ne comprennent pas pourquoi est ce qu'ils

Speaker:

développent quelque chose, mais plutôt que ce soit eux qui sont

Speaker:

moteurs, finalement, de la vision et les stratégies, même si, bien sûr, on a des

Speaker:

objectifs d'entreprise à accomplir dans lesquels ce travail s'inscrit, mais

Speaker:

vraiment de redonner l'ownership aux équipes produits et aux équipes tech.

Speaker:

Je pense que l'on approche le coeur du

Speaker:

sujet qui est comment tu mets tout ça en place.

Speaker:

Je pense que tu arrives dans un contexte

Speaker:

super intéressant parce que j'imagine que le fait que tu sois

Speaker:

au Comex, ça veut aussi dire que tu arrives avec une place dans l'entreprise

Speaker:

qui te donne le mandat aussi de faire toutes ces choses.

Speaker:

Ce n'est pas la même chose que de dire tu arrives et tu dois tout le temps aller

Speaker:

chercher le baïne du board pour faire quoi que ce soit.

Speaker:

On va parler un petit peu de ça.

Speaker:

Moi, ce qui m'intéresse beaucoup dans ce que dans ton expérience

Speaker:

et dans ce que tu essayes de mettre en place, c'est chez Mirakl et c'est

Speaker:

justement cette construction comment tu fais pour mettre en place les fondations

Speaker:

et construire cette organisation qui doit croitre, comme tu dis, de 350

Speaker:

personnes sur les 3 années qui vont arriver?

Speaker:

Et qu'est ce que ça implique?

Speaker:

Et c'est quoi ta recette, finalement?

Speaker:

Alors je ne sais pas si on parle de

Speaker:

recettes, mais oui, je vais essayer de résumer ça.

Speaker:

On a...

Speaker:

J'essaye de raccrocher le wagon avec la cuisine.

Speaker:

Alors je vais essayer de donner quelques ingrédients.

Speaker:

Et après moi, ma démarche a toujours été d'avoir une trousse à ingrédients et une

Speaker:

boite à outils si tu veux, et d'improviser la bonne recette dans le bon contexte.

Speaker:

Et c'est un peu ça que j'essaye de faire aussi avec Mirakl et

Speaker:

avec mes équipes est vraiment la démarche en 4 points.

Speaker:

Il y a un aspect vision et stratégique est toujours nécessaire.

Speaker:

S'assurer que les équipes ont les compétences, les bonnes pratiques

Speaker:

pour pouvoir effectivement faire leur travail sereinement.

Speaker:

Il faut réfléchir à la structure de

Speaker:

l'équipe, l'organisation et ce qu'on va appeler la gouvernance.

Speaker:

Donc, si je mets un peu plus loin dans tout ça, quand on dit vision et stratégie,

Speaker:

ce que ça veut dire, c'est surtout s'assurer qu'on a une direction et que les

Speaker:

équipes sont extrêmement alignées avec cette direction.

Speaker:

Et donc, par exemple, Mirakl, on est parti

Speaker:

bien sûr de la vision globale de l'entreprise et on en a découlé.

Speaker:

La vision produit les axes prioritaires de

Speaker:

développement et surtout, quels sont nos grands piliers de croissance

Speaker:

pour pouvoir les traduire par des objectifs pour les équipes.

Speaker:

Et donc ça.

Speaker:

Par exemple, quand j'ai commencé au tout début, on a

Speaker:

mis en place, on a organisé un offsite de 3 jours.

Speaker:

C'était très sympa et les équipes ont adoré, tous se retrouver à Bordeaux,

Speaker:

surtout les Parisiens, pour pouvoir sortir de l'environnement du travail.

Speaker:

Et vraiment, l'objectif, c'était d'arriver

Speaker:

à aligner tout le monde sur la direction, à prendre et tout en ayant une approche

Speaker:

très collaborative pour finalement bien embarquer les équipes dans cet effort.

Speaker:

Et c'était tellement réussi que là, ça va devenir un rituel annuel ou même là.

Speaker:

Mes équipes, encore aujourd'hui, m'ont dit quand on refait l'offsite.

Speaker:

Bien sûr, la situation actuelle est un peu compliquée, mais quand ce sera possible,

Speaker:

on repartira faire des offsite parce que c'est important,

Speaker:

non seulement parce qu'on va grandir beaucoup et on veut s'assurer que les

Speaker:

nouvelles recrues qui arrivent ont le même niveau de message, ont bien

Speaker:

saisi la direction, mais aussi pour repasser les messages.

Speaker:

Parce que chez Mirakl, on dit souvent

Speaker:

la répétition fixe la notion et comment va grandir.

Speaker:

On veut s'assurer de beaucoup répéter.

Speaker:

Il y a un truc que tu dis que je trouve intéressant aussi.

Speaker:

Ça peut paraître anodin comme ça, mais tu parles de de l'importance de prendre le

Speaker:

temps de construire et de communiquer les messages forts.

Speaker:

Et tu parles de l'offsite.

Speaker:

Il y a pas mal de personnes qui, je pense,

Speaker:

sous-estiment l'importance de se déplacer et d'être dans

Speaker:

un autre cadre que celui qu'on connait tous les jours pour être justement dans le

Speaker:

bon head space, comme diraient les anglo-saxons

Speaker:

pour pouvoir réfléchir à ces questions là, c'est à dire si tu fais

Speaker:

l'entièreté de ses activités au bureau, là où tu te retrouves tous les jours.

Speaker:

En fait, les gens sont happés par toutes les activités qu'il ou elle doit

Speaker:

faire tous les jours, les réunions de ci ou de ça.

Speaker:

En fait, ils ont pas sanctuariser ce temps

Speaker:

de la réflexion, de la construction, de la communication.

Speaker:

Et ça, c'est quelque chose qu'il ne faut pas sous estimer.

Speaker:

Oui, tu as tout à fait raison.

Speaker:

Je pense qu'il y a deux choses en ce que tu dis.

Speaker:

Et la première, c'est souvent quand on commence un nouveau poste et surtout quand

Speaker:

on est attendu et qu'il y a des objectifs à.

Speaker:

Assez important, on a tendance à vouloir sauter tout de

Speaker:

suite sur faire des choses pour montrer qu'on peut faire des choses.

Speaker:

Et moi, je pense vraiment qu'il faut au

Speaker:

contraire prendre le temps de bien comprendre la situation.

Speaker:

S'asseoir avec les gens.

Speaker:

Je pense que j'ai passé deux mois juste à faire des one, un one avec tout le monde.

Speaker:

Effectivement, je pense que c'est

Speaker:

important de prendre le temps et vraiment d'identifier ce qui marche

Speaker:

bien et ce qui marche moins bien par souci d'efficacité, ce qui marche bien.

Speaker:

On n'a pas envie d'y toucher et parce que

Speaker:

ça nous laisse le temps de se concentrer sur ce qui marche moins bien.

Speaker:

Donc ça, c'est vraiment le premier aspect.

Speaker:

Quand on commence, on veut y aller trop

Speaker:

vite et après, ça reste quand même de la conduite, du changement.

Speaker:

Et les gens ont besoin de voir que l'on a compris leur problématique

Speaker:

quand on a compris qu'est ce qu'on essaye de résoudre

Speaker:

ensemble? Si toi, tu arrives avec des grands sabots et que tu dis c'est comme ça

Speaker:

qu'on va faire, je pense que tu vas avoir beaucoup de résistance

Speaker:

alors que finalement, nous, toutes ces transformations, elle a été

Speaker:

plutôt fluide et plutôt rapide comparé à d'autres entreprises, parce qu'il y a une

Speaker:

vraie approche de la conduite du changement pour les équipes.

Speaker:

La conduite du changement, c'est un vrai sujet et je pense que quand on entend le

Speaker:

terme comme ça, le premier truc que ça m'inspire, c'est

Speaker:

les grands cabinets de conseil, les programmes de management.

Speaker:

Mais en fait,

Speaker:

au final, ce que ce que nous on voit, même autour des entreprises

Speaker:

qu'on côtoie tous, qu'on connait de la French Tech, c'est que il y a une vraie

Speaker:

compétence derrière la conduite du changement.

Speaker:

C'est vraiment à capacité non seulement à embarquer des gens avec toi on en parlait

Speaker:

dans l'épisode avec Alix chez Accor, mais aussi sa capacité à

Speaker:

créer le changement, à faire, à prendre un virage et ses pas.

Speaker:

C'est pas évident.

Speaker:

Ça demande un niveau d'énergie, un investissement en

Speaker:

énergie collectif et individuel assez monstrueux.

Speaker:

Oui, tout à fait.

Speaker:

Et c'est pour ça que tu peux pas le faire tout seul.

Speaker:

C'est que la réalité, c'est que le changement, c'est

Speaker:

la chose la plus dure pour tous les êtres humains.

Speaker:

Tu peux dire ce que tu veux.

Speaker:

Je suis résilient, je peux m'adapter.

Speaker:

Mais en réalité, il n'y a pas grand monde qui aime vraiment le changement.

Speaker:

Par contre, on n'accepte le changement si on comprend pourquoi.

Speaker:

Est ce que le changement est nécessaire et quelles en seront les bénéfices?

Speaker:

Et ça, c'est vraiment important quand on parle de conduite du changement, de bien

Speaker:

expliquer, de bien communiquer les raisons pour lesquelles on le fait

Speaker:

et surtout, de s'assurer que les gens adhèrent à ces bénéfices-là.

Speaker:

Si les bénéfices qu'on présente ne répond

Speaker:

pas à un problème particulier pour les employés, ça n'a pas vraiment de sens.

Speaker:

Nous, on avait vraiment des enjeux organisationnels.

Speaker:

On devait mieux adapter notre structure

Speaker:

organisationnelle entre les PM, les ingénieurs, les dev, les équipes de design

Speaker:

et c'était très clair que c'était un sujet qui était nécessaire à traiter.

Speaker:

Et du coup, on s'est mis tous autour de la table et se mettre d'accord que oui,

Speaker:

il y a un sujet à traiter et on va le faire ensemble.

Speaker:

Je fais juste un petit rappel.

Speaker:

Tu parles de de ce premier ingrédient qui

Speaker:

était vraiment pour toi à ton arrivée la capacité à prendre du temps

Speaker:

et à rencontrer les individus dans les équipes, à écouter, à comprendre un peu le

Speaker:

contexte dans lequel tu vas être amené à évoluer.

Speaker:

Et tout ça, ça aide à établir un bon diagnostic.

Speaker:

Ça, c'était le premier ingrédient

Speaker:

et le deuxième ingrédient dont on vient de parler à l'instant qui est vraiment

Speaker:

comment tu embarques les gens avec toi dans cette conduite du changement?

Speaker:

Dans Comment tu arrives à créer les bonnes

Speaker:

relations pour animer cette collaboration qui va aussi

Speaker:

permettre non seulement permettre, mais accélérer le changement?

Speaker:

Oui, c'est bien ça.

Speaker:

Et il est ce que tu nous livre le secret de tes autres ingrédients?

Speaker:

Comme je disais au début, on a un autre axe de travail qui est vraiment

Speaker:

de s'assurer que les équipes et les bonnes compétences, les bonnes pratiques.

Speaker:

Et là, pour moi, l'ingrédient, c'est absolument éviter d'être dogmatique.

Speaker:

Je pense qu'on a tous lu des bouquins avec

Speaker:

des framework et le modèle de machin et le modèle de bidule.

Speaker:

Si c'est beau, c'est aussi des très beaux frameworks et des très belles méthodes.

Speaker:

Mais la réalité, c'est que chaque contexte

Speaker:

est différent, chaque équipe est différente.

Speaker:

Et donc, pour revenir à l'écoute et au diagnostic, une fois que ce diagnostic est

Speaker:

fait là, il faut venir plutôt avec une boite à outils.

Speaker:

Si on dit on va faire comme

Speaker:

les de Spotify ou on va faire du SAFe, je sais pas trop quoi.

Speaker:

En général, les gens ont du mal à adhérer parce qu'ils arrivent.

Speaker:

Ils ont du mal à transposer leur réalité à des frameworks tout prêts.

Speaker:

Moi, j'ai plutôt une logique de boite à outils, à la fois pour faire un et montée

Speaker:

en compétence et pour mettre en place des bonnes pratiques.

Speaker:

Et c'est le diagnostic. Vraiment, qui est qui me?

Speaker:

De me dire à quels sont les bons outils qu'on va mettre en place

Speaker:

et par exemple chez Mirakl, ce qui était nécessaire d'abord, c'est d'avoir une

Speaker:

culture commune, un langage commun et donc l'objectif, c'était

Speaker:

vraiment d'aider les équipes à adopter un cadre de travail

Speaker:

et une méthode qui est à la Mirakl et pas à la Spotify ou à

Speaker:

quelqu'un d'autre, même si c'est des très bons modèles qui marchent pour eux.

Speaker:

On a besoin de notre propre recette Mirakl avec nos ingrédients pour revenir sur

Speaker:

la métaphore de la cuisine, pour pour exécuter.

Speaker:

On a bien sûr aussi fait appel

Speaker:

à des coachs parce que c'est important d'accompagner, surtout pour certains PM

Speaker:

qui étaient soit encore un peu junior dans leurs fonctions, soit qui ont connu qu'une

Speaker:

seule façon de faire les choses, de pouvoir les accompagner à adopter des

Speaker:

nouvelles pratiques et adopter des nouveaux outils.

Speaker:

Bien sûr, la méthodologie du workshop,

Speaker:

c'est extrêmement important parce que du coup, on a, on crée un environnement de

Speaker:

discussion, de conversation pour amener les équipes à comprendre l'intérêt

Speaker:

de certains de ces outils là qu'il faut qu'il faut adopter.

Speaker:

Et pour parler d'un sujet que tu connais, que

Speaker:

tu connais bien l'importance de la Discovery, par exemple.

Speaker:

Ça a été.

Speaker:

Ça a été un sujet de travail pour nous parce qu'effectivement,

Speaker:

on était très focalisés sur le dénivelé et pas assez sur le Discovery.

Speaker:

Et donc, c'est comment,

Speaker:

finalement, faire de la recherche utilisateurs, comment on a aussi bien

Speaker:

travaillé que les équipes UX et avoir cette mécanique-là qui permet

Speaker:

d'avoir vraiment une approche de la Discovery,

Speaker:

qui devienne une habitude de travail, qui devienne quelque chose qui fait partie

Speaker:

finalement du cycle de vie, de développement du produit.

Speaker:

Et pas quelque chose qu'on fait finalement un peu rapidement et ...

Speaker:

Qui ne devient pas un projet au final quoi Voilà...

Speaker:

qui ne devient pas un projet pilote.

Speaker:

Il faut vraiment faire la première ligne de code assez rapidement.

Speaker:

Et donc

Speaker:

vraiment faciliter la collaboration et la communication entre les équipes.

Speaker:

C'est aussi identifier quels sont les artefacts produits dont tu as besoin.

Speaker:

Et là, dans notre cadre, on avait ce

Speaker:

besoin vraiment très fort de donner de la visibilité, bien sûr, au sein

Speaker:

des équipes produits et techniques, mais aussi avec les équipes business.

Speaker:

Et donc, on a adopté des outils

Speaker:

qui, que nous, on appelle des produits briefs, des product mémo, mais qui sont

Speaker:

rien d'autre que des documents qui permettent de formaliser finalement un peu

Speaker:

mieux à la fois la stratégie qu'on a par rapport à un produit donné, mais aussi

Speaker:

de collecter toutes les informations qu'on a pu avoir pendant la phase de Discovery.

Speaker:

Et c'est hyper intéressant de voir l'adoption par des équipes produits parce

Speaker:

que c'est surtout un outil de collaboration.

Speaker:

C'est l'exercice de faire et de préparer ces documents là qui amènent vraiment à la

Speaker:

valeur puisque finalement, le livrable en tant que tel exactement.

Speaker:

Le fait même de préparer le document.

Speaker:

C'est là où tu vas aller faire le travail de la réflexion.

Speaker:

En fait.

Speaker:

Exactement, tu structures ta pensée et ensuite tu l'expose et on a et tu vas voir

Speaker:

des gens en face qui vont réagir à cette endroit là.

Speaker:

Et en fait, on finalement ensemble, on arrive à quelque chose où tout le monde

Speaker:

arrive à s'aligner, à comprendre l'objectif, la direction, le pourquoi.

Speaker:

Le problème qu'on essaie de résoudre

Speaker:

et vraiment, c'est cet exercice là qui est plus important et intéressant.

Speaker:

Finalement, comme on disait que le résultat final.

Speaker:

Donc, du coup, éviter d'être dogmatique, je ne peux qu'être d'accord avec toi.

Speaker:

Et puis, je reconnais l'attrait que ça peut avoir.

Speaker:

Ce que moi, j'appelle le marketing de la méthode.

Speaker:

Donc je pense qu'il y a.

Speaker:

Il y a une grosse grosse partie de ça qui nous rassure.

Speaker:

Mais ce qui est vraiment important, c'est notre capacité à adapter

Speaker:

des fondations, des méthodes qu'on voit à notre contexte personnel.

Speaker:

Tout à fait.

Speaker:

Et là, j'arrive.

Speaker:

Je pense à la troisième ou quatrième scale-up où j'ai pour cette mission,

Speaker:

effectivement, d'aider l'organisation à scaler

Speaker:

l'organisation produit et je peux te dire que je n'ai pas eu trois ou quatre fois la

Speaker:

même recette ou la même méthode à chaque fois, comme on disait.

Speaker:

l'Environnement est très différent et c'est vrai que c'est toujours rassurant

Speaker:

de se reposer sur quelque chose qui est très balisé.

Speaker:

Mais finalement, l'innovation vient aussi en prenant des risques et en se disant

Speaker:

Voilà si pour mon nom, pour mon environnement,

Speaker:

pour mon entreprise, pour les gens que j'ai à gérer.

Speaker:

Quelle est la meilleure façon d'approcher le produit qui va

Speaker:

correspondre à la culture de l'entreprise? Au niveau de séniorité et de maîtrise de

Speaker:

la fonction produit de mes équipes et aussi aux objectifs business qu'on s'est

Speaker:

fixés, c'est extrêmement important de prendre. Tous ces éléments là

Speaker:

en combinaison est effectivement proposé la bonne méthode ou les bons outils, et

Speaker:

qui va nous permettre de réussir finalement?

Speaker:

Super!

Speaker:

Et donc, tu nous a parlé de la vision de la stratégie produit.

Speaker:

Tu nous a aussi parlé de ce

Speaker:

deuxième axe autour de la des compétences et des bonnes pratiques.

Speaker:

Comment tu structurent l'organisation par la suite?

Speaker:

Une fois qu'elle a dit on que tout le monde sait vers où tu veux aller et

Speaker:

comment s'assurer des bonnes compétences des uns et des autres?

Speaker:

Ce qui est important, c'est d'avoir la bonne organisation et la bonne

Speaker:

structure organisationnelle qui va te permettre d'atteindre ces objectifs.

Speaker:

Et chez Mirakl, le sujet qu'on avait

Speaker:

effectivement, c'est quand on avait à la fois des équipes de développement qui

Speaker:

étaient plutôt organisées en feature team, puis des équipes produits qui étaient

Speaker:

plutôt organisées autour de ce qu'on appelait des personas

Speaker:

buyer, c'est à dire les clients qui veulent acheter nos produits.

Speaker:

Et forcément, ça crée un peu

Speaker:

de l'assymétrie et du coup, ça crée de la friction.

Speaker:

Donc, il y avait un sujet organisation assez fort et donc on a complètement

Speaker:

repensé l'organisation pour qu'elle soit plus cohérente

Speaker:

et aussi pour permettre aux équipes de mieux travailler ensemble.

Speaker:

On a introduit le concept de squad que tout le monde

Speaker:

connait, mais à la Mirakl, avec l'idée derrière ça de

Speaker:

d'avoir une organisation qui peut grandir avec l'entreprise,

Speaker:

qui nous permet de rester agile, qui nous permet de nous adapter en cas de besoin.

Speaker:

On a créé ce concept de squat de projets,

Speaker:

par exemple versus squads Core, donc les squads Core

Speaker:

c'es équipes qui sont un peu plus permanentes dans le temps, qui ont

Speaker:

une partie du portefeuille produits sur lequel ils ont

Speaker:

des KPIs, des North Star Metrics à atteindre.

Speaker:

Et puis, de temps en temps, parce qu'il y a quelque chose qui se passe, on a besoin

Speaker:

de se focaliser sur un sujet en particulier.

Speaker:

On va détacher des gens dans un squat de projet qui va avoir

Speaker:

un début, un milieu, une fin à quelque chose de très bien s'occuper à

Speaker:

réaliser et une fois que c'est fini, repas dans les squats.

Speaker:

Et ça, ça nous permet beaucoup d'agilité.

Speaker:

Dans l'organisation,

Speaker:

Justement, j'allais parler de gens et parler d'agilité, de fluidité.

Speaker:

Juste pour illustrer son propos et que ce soit clair pour les auditeurs.

Speaker:

Est ce qu'un squad projets, c'est par

Speaker:

exemple une squad qui va bosser sur une intégration?

Speaker:

Oui, par exemple, ça peut être moi, c'est chiant à l'intégration.

Speaker:

Ça peut être aussi.

Speaker:

Par exemple, quand on est en train de réfléchir en ce moment,

Speaker:

on a des changements, on a des changements de régulation dans

Speaker:

notre coeur d'activité et forcément, pour être compliant, pour respecter

Speaker:

les nouvelles réglementations, on a des améliorations à faire.

Speaker:

À ce moment-là, on met ensemble un squad

Speaker:

projet qui délivre l'amélioration nécessaire pour que notre

Speaker:

solution puisse respecter la réglementation.

Speaker:

Et puis, cette équipe là va se

Speaker:

redispatcher dans les squads Core dès que c'est fini.

Speaker:

Très clair.

Speaker:

Et ça, c'est ça c'est un sujet qui est extrêmement important.

Speaker:

Et donc ça veut dire, quand on parle d'organisation, d'avoir une

Speaker:

approche très stratégique, c'est dans une scale-up, de toute façon,

Speaker:

l'organisation, elle, a tendance à changer tous les 6 à 12 mois.

Speaker:

Ça, on le sait.

Speaker:

Ce qui est important, c'est surtout de créer une organisation qui est capable,

Speaker:

quand on change, d'absorber le changement sans que ça crée

Speaker:

des couacs et un espèce de chamboulement incroyable pour les équipes

Speaker:

...Et trop d'épuisement. Exactement.

Speaker:

Il faut arriver à créer effectivement

Speaker:

un organisme qui fait que arrive à absorber ce changement sans que

Speaker:

ça perturbe trop finalement notre notre réalité, nos quotidien.

Speaker:

Et du coup, avoir une approche finalement

Speaker:

agile aussi dans la façon dont on crée une organisation, c'est à dire que on

Speaker:

mesure l'impact, on voit si c'est efficace.

Speaker:

Et puis on a des phases d'itérations.

Speaker:

Et du coup, plutôt que de faire des gros big bang tous les 6 ou 12 mois, on va

Speaker:

plutôt avoir une approche itérative par petit changement qui fait qu'à un

Speaker:

moment donné, on arrivera effectivement à une organisation qui

Speaker:

correspond au mieux au moment où est l'entreprise, aux besoins

Speaker:

de l'entreprise, à ce moment donné et au meilleur moment pour la constitution de

Speaker:

l'équipe avec les membres de l'équipe qu'on a.

Speaker:

Et du coup, tu parlais tout à l'heure de North Star Metrics.

Speaker:

Comment? Comment tu as?

Speaker:

Peut être que collectivement,

Speaker:

collaborativement, comment vous avez mis en place peut être une vision forte.

Speaker:

Je ne sais pas si vous voulez fonctionner en OKRs.

Speaker:

Comment vous avez mis en place cette

Speaker:

capacité à donner une direction forte aux équipes pour que, justement, au milieu de

Speaker:

ces changements, on est toujours quelqu'un qui se dise "bah c'est pas très grave le

Speaker:

changement, parce que je sais dans quelle direction on va" au final.

Speaker:

Je pense qu'en toute transparence, on est encore en train de trouver.

Speaker:

La bonne voie pour Mirakl pour les équipes produit Mirakl dans ce sujet là?

Speaker:

Les North Star Métrics, c'est important.

Speaker:

Pour nous de se dire que chaque, chaque squad, chaque pied produit qu'on a, qu'on

Speaker:

a créé, comprenne bien quel est leur cœur de mission.

Speaker:

Quel est le fameux Mission Statement de chaque squad et de chaque pillier,

Speaker:

ça, c'est le plus important et c'est quelque chose qu'on a établi et instauré.

Speaker:

Maintenant, comment est ce qu'on mesure

Speaker:

l'impact des verts tels quels sont les équipiers?

Speaker:

C'est quelque chose sur lesquels on continue à travailler

Speaker:

à la fois en développant notre capacité à vraiment produire du product analytics.

Speaker:

C'est donc de capturer les données, mais aussi à créer cette culture auprès

Speaker:

des PME, d'utiliser la donnée pour prendre des décisions.

Speaker:

Je dirais que c'est plutôt encore work in progress chez nous.

Speaker:

Maintenant, tu parlais d'OKRs.

Speaker:

Je trouve que c'est un outil qui est hyper intéressant.

Speaker:

Mais très honnêtement, dans toutes les entreprises où je travaille, où il a été

Speaker:

ou on a essayé de mettre en place des OKRs, ça n'a jamais été un grand succès

Speaker:

et je pense que c'est parce que

Speaker:

on interprète mal peut être cet outil là comme la solution magique qui,

Speaker:

...Comme le silver bullet qui n'existe pas...

Speaker:

Voilà, le silver bullet, qui va faire que

Speaker:

du jour au lendemain, tout le monde à comprendre exactement ce qu'il faut faire

Speaker:

et que, et que c'est les OKRs qui vont tout régler.

Speaker:

La réalité est autre.

Speaker:

Elle est plutôt est ce que le leadership a une vision claire pour l'entreprise?

Speaker:

Est ce que cette vision est partagée par tous?

Speaker:

Et en fait, si cette vision est partagée

Speaker:

par tous et compris, on comprend très bien la direction générale.

Speaker:

C'est beaucoup plus important que d'avoir

Speaker:

des OKRs qu'on va mesurer au pourcentage près pour être sûr qu'on s'en approche.

Speaker:

Moi, c'est ma conviction que en descendant finalement,

Speaker:

comme on disait, le centre de gravité décisionnel auprès des équipes, mais en

Speaker:

leur donnant une direction très claire, en formalisant très clairement la vision.

Speaker:

Et qu'est ce qu'on essaye d'atteindre avec

Speaker:

les ce qu'on appellerait les top company objectives qui ne sont pas nécessairement

Speaker:

structurées comme les OKRs, ça permet vraiment d'arriver à la bonne direction.

Speaker:

Merci pour ces précisions.

Speaker:

Du coup, là, on a ou on a quand même les

Speaker:

éléments d'une recette ou de la boite à outils.

Speaker:

Écouter tout ca, c'est la recette Mirakl pour Mirakl.

Speaker:

Très clair.

Speaker:

Merci beaucoup pour ce retour d'expérience sur ton arrivée chez Mirakl.

Speaker:

Et puis, super intéressant de voir concrètement avec des exemples, comment

Speaker:

vous avez mis en place des choses pour permettre à cette organisation de

Speaker:

scaler, comme tu disais les trois années qui vont venir dans le podcast.

Speaker:

J'ai pour habitude de poser 2 questions aux invités.

Speaker:

La première Quelles sont tes ressources préférées en tant que product manager?

Speaker:

Et la deuxième, est ce que tu a un conseil

Speaker:

pour quelqu'un qui souhaiterait devenir PM aujourd'hui?

Speaker:

Les ressources préférées, il y en a

Speaker:

beaucoup et je pense qu'on peut toujours les partager offline.

Speaker:

Mais je te parler peut être de deux ou

Speaker:

trois personnes qui sont quand même assez inspirantes et qui ont écrit

Speaker:

beaucoup de choses intéressantes, notamment sur Simon Sinek, qui a écrit

Speaker:

des livres qu'on connait bien, le "Start with Why", "Leaders Eat Last".

Speaker:

Je pense que c'est il y a des principes dans ces différents ouvrages

Speaker:

qui sont hyper intéressants aussi pour des personnes qui ont envie de prendre du

Speaker:

leadership et qui veulent évoluer dans des postes de leadership.

Speaker:

Si, si, je devais en citer qu'une ou un auteur, ce serait peut être lui.

Speaker:

Après, il y a beaucoup de contenu.

Speaker:

Je pense à Marty Cagan, Roman Pichler.

Speaker:

Il y a beaucoup de gens,

Speaker:

dont le travail m'ont inspiré ces dernières années.

Speaker:

Maintenant, au delà de ces références et

Speaker:

de ces auteurs bien connus, je dirais c'est qu'être un bon PM,

Speaker:

bien sûr, c'est maitriser des compétences techniques et métiers.

Speaker:

Je pense qu'il y a aussi un aspect de savoir être.

Speaker:

Et parce que voilà, on doit savoir embarquer des gens,

Speaker:

souvent beaucoup de gens de très différents dans notre vision du produit.

Speaker:

On doit savoir communiquer de manière efficace et je pense que c'est un vecteur

Speaker:

dont on a discuté justement, Simon Sinek avec les Human skills,...

Speaker:

...Ouais...

Speaker:

C'est extrêmement important de savoir ce savoir être aussi.

Speaker:

Et pour moi, côtoyer des gens qui savent bien le faire,

Speaker:

ça permet vraiment d'apprendre ces bonnes pratiques parce qu'on

Speaker:

les apprend pas dans des livres, même si on comprend le principe.

Speaker:

Je pense que avoir des rôles modèles avoir et être entouré de gens qui

Speaker:

sont bons dans ces human skills est extrêmement important.

Speaker:

Et moi, ça a vraiment été un élément clé

Speaker:

qui m'a permis de grandir dans le monde du management, c'est le mentorat.

Speaker:

Surtout quand, quand tu es une femme.

Speaker:

Parfois, je me posais peut-être trop de

Speaker:

questions ou je me disais tiens, je vais attendre d'être prête à 200%

Speaker:

pour oser prendre un nouveau poste ou prendre de nouvelles responsabilités.

Speaker:

Et c'est à ce moment-là, que d'être bien entouré et d'avoir des bons mentors,

Speaker:

et surtout des gens qui sont passionnés par ce qu'ils font.

Speaker:

Et bien sûr, il y a la bienveillance et ils ont envie d'aider à progresser.

Speaker:

Mais c'est important parce que du coup, ça nous permet de

Speaker:

se projeter à l'extérieur de soi et de voir qu'on n'a pas besoin de tout

Speaker:

maîtriser à 200% pour prendre des responsabilités et aussi,

Speaker:

parfois, de s'aider à se pousser un petit peu vers des situations peut être qui sont

Speaker:

pas confortables et s'aider à ouvrir finalement des portes.

Speaker:

Moi, j'aurais peut être pas osé pousser

Speaker:

certaines portes si je n'avais pas eu ces mentors là autour de moi.

Speaker:

Et donc, si je dois donner un conseil aux personnes qui aimeraient

Speaker:

évoluer dans le monde du produit, c'est surtout de ne pas hésiter

Speaker:

à contacter justement ces personnes qu'on trouve inspirantes.

Speaker:

Aujourd'hui, il y a tellement de plateformes où c'est possible avec les

Speaker:

plateformes de réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn

Speaker:

que tout le monde connaît, mais aussi 50inTech, qui...

Speaker:

...petit coucou à Caroline Ramade...

Speaker:

Exactement, qui prône beaucoup le mentorat et qui aide au mentorat.

Speaker:

Et ne pas hésiter à aller à la prendre propose un café, prendre contact.

Speaker:

Voici un fit mutuel et qui peut

Speaker:

effectivement se transformer en mentorat actif.

Speaker:

Et j'ai envie de finir par dire que le

Speaker:

jour où, du coup, ce sera votre tour d'être VP, Head of,

Speaker:

CPO, c'est bien aussi penser à passer le flambeau et devenir mentor à son tour et

Speaker:

et de partager son expertise et à d'autres.

Speaker:

Et il y a une espèce de cercle vertueux qui se crée...

Speaker:

...Le Pay It Forward ou le Give Back, en tout cas...

Speaker:

Le Give Back oui.

Speaker:

Je pense que c'est une des raisons pour lesquelles j'ai décidé

Speaker:

de rentrer en France et que j'ai tellement appris au travers de mes expériences

Speaker:

à l'étranger, avec des leaders différents, avec des cultures différentes.

Speaker:

Peut être aussi dans les environnements où

Speaker:

le management était plus mature et j'avais vraiment envie.

Speaker:

Finalement, avec mon retour en France, de pouvoir contribuer, à mon échelle, bien

Speaker:

sûr, a finalement contribué à ramener cette expertise dans la Tech Française.

Speaker:

Apporter ta brique...

Speaker:

Voilà amener ma petite brique dans ce grand chantier de la tech française.

Speaker:

Super!

Speaker:

Écoute, merci beaucoup, en tout cas pour ta disponibilité et ton partage.

Speaker:

Aujourd'hui, j'ai trouvé notre

Speaker:

conversation super intéressante et c'est bien aussi de comprendre un peu

Speaker:

mieux de l'intérieur comment ça peut se passer dans ces pépites de la French Tech.

Speaker:

Avant de se quitter,

Speaker:

tu nous parler tout à l'heure du fait de l'hypercroissance de Mirakl.

Speaker:

Tu parlais de 350 postes, notamment sur le produit, sur les trois prochaines années.

Speaker:

Du coup, vous recrutez ?

Speaker:

Oui, on recrute, on recrute, on recrute de tout, des product managers,

Speaker:

des développeurs, des data scientists, des product designers.

Speaker:

Voilà pour les personnes qui ont vraiment

Speaker:

envie, finalement, de faire partie de cette aventure de l'innovation française.

Speaker:

Parce que je pense que, vraiment, la French Tech est assez moteur là

Speaker:

et de contribuer à toute une industrie à se transformer de manière profonde.

Speaker:

Je les invite à me contacter.

Speaker:

Je serais ravi de prendre un café, même si c'est juste

Speaker:

pour discuter de bonnes pratiques produits.

Speaker:

Super! Et les gens peuvent me contacter sur LinkedIn.

Speaker:

Tout à fait.

Speaker:

Super, c'est beau!

Speaker:

Encore une fois, Isabelle, merci beaucoup

Speaker:

d'avoir passé cette petite heure avec nous.

Speaker:

Et puis bonne continuation datesres missions chez Mirakl.

Speaker:

Et puis j'espère qu'on va se recroiser

Speaker:

bientôt, peut être pour un autre format sur Product Squad.